AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Deuxième version signé cobain., merci beaucoup.
Bienvenue sur Carpe Diem, le forum a ouvert ses portes le 21 juin 2017.

Partagez | 
 

  Sometimes we should not know the minds of people [Waylan & Evelyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 31
Arrivé(e) le : 31/07/2017
Célébrité + (c) : Emilia Clarke (Hathaways)
DCs : Aucun



Âge : 28 ans
Statut : Célibataire.
Occupation : Serveuse
Caractère : Discrète, souriante, douce, intelligente, rancunière, torturée et sarcastique.

MessageSujet: Sometimes we should not know the minds of people [Waylan & Evelyn]   Mar 8 Aoû - 0:17




Sometimes we should not know the minds of people


feat Waylan & Evelyn

     
J'avais froid, l'endroit était sombre, je pouvais entendre les bruits de l'eau qui s'infiltrait par les fondations affaiblit par le temps et le manque d'entretien. J'ignorais quel jour il était ou encore le temps qu'il faisait dehors. La notion du temps n'était plus quelque chose qui m'était familier. Depuis combien de temps j'étais là? Trois semaines? Un mois? Un an? Je ne savais plus trop. Elle allait revenir, elle revenait toujours, seulement, j'aurais préféré qu'elle ne revienne jamais, qu'elle me laisse en paix? Elle ne comprenait pas, elle n'écoutait pas quand je lui parlais. Je ne suis pas sa fille bon sang! Je sursaute, je l'entends, ses pas resonnent au-dessus de moi, signe qu'elle est rentrée. J'entends sa voix cassée par le temps, elle chantonne. Comment pouvait-elle si à l'aise avec cette situation? Ses pas se rapprochent, elle arrive. J'entends les marches craquer une à une sous le poids de cette femme. Elle se stoppe devant la porte, un bruit de clé parvient jusqu'à mes oreilles, la porte s'ouvre. " Qu'a tu encore fait?" Elle pose brutalement un plateau sur la table rouiller qui trônait dans cette sombre pièce. Elle actionne l'interrupteur pour y voir plus clair, mes yeux sont éblouis peut habituer à la clarté. Mes nattes, j'avais retiré ses nattes ridicules que je ne supportais plus. Je n'étais pas un jouet, je n'étais pas une poupée que l'on coiffait a sa guise. Elle fronce les sourcils et avance vers moi d'un pas rapide, sa main se lève pour se poser violemment sur mon visage.

Je me réveille en sueur, ma main se pose directement sur ma joue, comme si je venais de recevoir cette gifle qui m'a été donner pour la énième fois il y a déjà plus d'un an. Je prends quelques secondes avant de me rendre compte que je n'étais plus dans cette cave infâme, mais bel et bien dans un lit confortable, dans mon lit qui était dans mon appartement. Je soupire à la fois soulagée et exaspérer. Quand ses cauchemars allaient- ils cesser? Je voulais tourner la page, oublier ce passage de ma vie qui m'avait gâché l'existence pendant trop longtemps à mon goût. Je passe ma main dans ma chevelure humide. D'un geste sec je pousse ma couette jusqu'à mes pieds, je me redresse en grimaçant, j'avais besoin d'une douche. Un frisson me parcourt quand mes pieds rencontrent le sol frais de ma chambre. Je tire les rideaux sans plus de cérémonie pour finalement me diriger vers ma salle de bain. C'était peut-être anodin pour la plupart des gens, mais me laver était pour moi impératif, j'avais été priver de ce luxe pendant trop de temps, aujourd'hui je ne pouvais pas passer une seule journée sans passer par l'étape de la douche. Je tourne le robinet afin de faire chauffer l'eau tandis que je m'activais à ôter mes vêtements. Une fois sous le jet d'eau chaude un sourire vint s'étirer sur mes lèvres, c'était vraiment agréable. Je reste debout le front contre le carrelage frais de l’habitacle à profiter pleinement de ce moment de détente . Malheureusement, j'avais rendez-vous aujourd'hui. Ma voiture était tombée en panne il y a deux jours, il fallait que je me rende au garage. Je me lave rapidement, puis une fois sèche et habiller, j'étais fin prête pour aller amener mon véhicule afin de le réparer, certes il roulait encore, mais je sentais que cela ne durerait pas si je ne m'en occupais pas au plus vite.

J'avais un mal fou à faire démarrer l'engin, il a fallu quatre tentatives pour entendre enfin le bruit du moteur, bien que celui-ci ait un bruit pour le moins inquiétant. Cinq minutes, c'est le temps qu'il me fallait pour me rendre au garage, il n'y avait presque personne sur la route, c'était une bonne chose, je n'avais pas envie de surprise inattendue et désagréable dès le matin. Je gare mon véhicule devant le bâtiment et une fois que je me suis assurée que ce dernier était verrouillé, je me dirige vers l'accueil afin de me présenter pour mon rendez-vous. " Bonjour mademoiselle Campbell, j'avais appelé pour mon véhicule." Je lâche un sourire de courtoisie à la femme qui m'avait pris en charge, elle tapote négligemment sur son clavier et se tourne de nouveau vers moi. " Le garagiste va venir vous voir, vous pouvez attendre ici en attendant." Elle me désigne la salle d'attente, je la remercie et je m'installe en espérant que l'attente ne serait pas trop longue. Je n'étais pas du style impatiente, bien au contraire, cependant, je ne comptais pas passer ma journée ici. J'attrape un magazine que je commence à feuilleter sans vraiment y prêter attention finalement.

made by guerlain

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146
Arrivé(e) le : 22/06/2017
Pseudo : Maryy
Célébrité + (c) : Chris wood
DCs : Aedan



Âge : 32 bougies
Habitation : Appartement dans le centre-ville
Statut : célibataire
Occupation : Mécanicien
Caractère : Légèrement psychopathe ♦ Extrêmement susceptible ♦ Égocentrique sur les bords ♦ Quelque peu sanguin


I admit that my level of weirdness is above the national average, but I'm confortable with that !



MessageSujet: Re: Sometimes we should not know the minds of people [Waylan & Evelyn]   Lun 21 Aoû - 13:02


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.

Un rayon de soleil perçait à travers la fenêtre et vint caresser ma joue. Le jour était déjà levé et moi je m’étais à peine couché. Rester éveillé toute la nuit n’était plus de mon âge. Je resterais bien allongé à plat ventre dans mon lit, sauf que mon réveille en décida autrement. « Bordel ! Quel est l’imbécile qui a inventé cet engin de torture » râlais-je en cherchant à tâtons mon téléphone pour arrêter cette sonnerie infernale.  D’un geste, je retire la couette qui recouvre mon corps à moitié nu et me lève en baillant. Un bon café ! C’est exactement ce dont j’avais besoin pour commencer cette journée, sauf que je n’aimais pas le café. Je me servi donc un gros bol de céréale et le mangea devant les dessins animés comme chaque matin. « Haha Francis t’aurais adoré cet épisode ! Francis, mon meilleur ami. Je pensais à lui au moins une fois par jour depuis ce moment tragique où j’avais jeté son corps au fond de l’eau. Je devrais pleurer sa mort, au lieu de ça je lui parlais comme s’il était toujours là. Un coup d’œil à l’heure m’indiqua que j’étais déjà en retard pour le travail. Je me dépêchai de me préparer et d’enfiler ma tenue de travail. Une combinaison grise qui donnait un air sombre à mon teint. Ce truc ne me mettait pas du tout en valeur.

Arrivé au garage, je saluai mes collègues et parti m’enfuir en dessous d’une voiture. Les véhicules étaient les seules choses qui ne me décevaient pas. « C’est pas vous qui iriez coucher avec ma mère hein ?! Pas comme ce stupide Francis » Je resserrais un boulon en disant ces paroles. Il m’arrivait souvent de parler seul, plus personne ici s’en étonnait. Ils me laissaient tranquille et depuis que je les avais engueulés lorsqu’ils se sont moqués de moi, ils n’osaient plus en rire. Les moqueries étaient quelque chose que je ne supportais pas. Pendant le court instant que j’ai passé dans un hôpital psychiatrique, une psy avait tenté de travailler cet aspect-là avec moi. Je me souviens encore de ces questions du genre Comment vous sentez-vous quand quelqu’un rigole de ce que vous dite ou faites ? Non mais franchement, elle croyait quoi ? Que je me sentais bien ? Que j’adorais ça ?! Cette question était vraiment stupide et je ne m’étais pas gêné pour le lui faire comprendre. Qu’est-ce qu’elle avait eu peur ce jour-là ! C’était … tellement drôle de voir son regard effrayé. « Tellement jouissif » Un sourire s’afficha sur mon visage à ce souvenir alors que je me redressais.

Au moment où je m’installais devant le volant afin de vérifier que le moteur démarrait, je reçus un message sur mon téléphone de service, me signalant qu’une cliente m’attendait dans la salle d’attente. Dans un soupire, je me rendis sur place. « Mademoiselle Campbell ? » Je relevais la tête de mon téléphone pour regarder ma cliente de ce matin. Il ne me fallut pas longtemps pour reconnaître ce visage. « Oh, mais regardez qui voilà ! ça fait longtemps ! Je m’approchais d’elle « Tu te souviens de moi j’espère ! » Comment pouvait-on oublier un mec comme moi après tout ? « Alors toi aussi tu as réussi à t’échapper de ce monde de fou ? T’as bien fait ! Tous des dérangés ces gens-là, on avait rien à y faire pas vrai ? »
made by roller coaster



sorryy:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 31
Arrivé(e) le : 31/07/2017
Célébrité + (c) : Emilia Clarke (Hathaways)
DCs : Aucun



Âge : 28 ans
Statut : Célibataire.
Occupation : Serveuse
Caractère : Discrète, souriante, douce, intelligente, rancunière, torturée et sarcastique.

MessageSujet: Re: Sometimes we should not know the minds of people [Waylan & Evelyn]   Mar 29 Aoû - 0:51




Sometimes we should not know the minds of people


feat Waylan & Evelyn

     
Je n'étais pas vraiment le genre de personne à assumer mes dérapages ou encore moins à étaler ma vie privée comme si je parlais de la pluie et du beau temps. Je fus donc terriblement gêner lorsque je tombe sur Wayan dans ce garage. Visiblement, c'était lui qui s'occuperait de mon véhicule, j'ignorais encore si c'était une bonne idée. Il me demande si je me souviens de lui, c'était une évidence, comment oublier un homme pareil. J'aurais préféré dire que c'était grâce à sa gueule d'ange, mais il était définitivement tout sauf un ange. Il me faisait peur, je devais l'avouer. Il parlait de notre rencontre comme s'il abordait un sujet anodin. D'un côté je l'enviais de le prendre avec légèreté, il devait avoir la conscience plus tranquille que moi, en toute logique cela devrait être l'inverse vu ses actes. Je lui adresse un sourire qui se voulait être le plus sincère possible. " Wayan, bien sûr que je me souviens de toi." Je passe une main dans ma chevelure pour y replacer quelques mèches rebelles. " Ouais, on va dire qu'on est bien mieux dehors qu'avec eux. Je n'ai pas été aussi maligne que toi, j'ai attendu qu'on me relâche." Je me pince doucement la lèvre, signe de nervosité chez moi. J'esquisse un sourire un peu plus décontracter, même si je sens pertinemment mes muscles se raidir les uns après les autres. Je décide de parler de mon véhicule, histoire d'éviter que les gens me regardent comme une folle furieuse qui s'est échappé de l'asile. J'en venais certes, cependant, on m'avait fait sortir parce que j'allais mieux, je ne m'y étais pas échappé. Je constate que mise a part son coter sanguin évident, Wayan semble s'en sortir comme un chef dans le monde extérieur. " J'ai eu un souci avec ma voiture hier, elle refuse de démarrer et quand je parviens à faire tourner le moteur, elle cale en même pas cinq minutes." Je lui désigne mon véhicule stationner devant le garage. Ma voiture ressemblait plus à un tas de ferraille qu'autre chose, je n'avais pas encore les moyens de la changer. De plus je l'avais eu par Jake, c'était plus sentimental pour moi, c'était tout ce qu'il me restait de lui. J'étais curieuse de nature, c'était certainement ce trait de caractère qui me pousse à savoir ce qu'était devenu Wayan depuis le temps. " Qu'est-ce que tu es devenue depuis ta sortie triomphante?" Je parlais évidemment de son évasion qui a fait parler un sacré bout de temps. C'était un homme plutôt effrayant et imprévisible, cependant, il était très malin. Il était devenu une légende vivante dans l’hôpital, personne n'avait réussi à sortir sans l'avis du psychologue, personne sauf lui.

made by guerlain

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sometimes we should not know the minds of people [Waylan & Evelyn]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sometimes we should not know the minds of people [Waylan & Evelyn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (dept 70) VALSE Trait comtoise sauvé par aladin (eric) (2009)
» Repas de GALA du Lausanne Sport
» Euro Gamefishing Event
» Mercedes boat people
» Brendan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Havane, Cuba :: Quartier Est-
Sauter vers: